mercredi 1 mai 2002, 10h37

 PAGE EXTRAIT DE YAHOO  ACTUALITÉS

 

Le successeur de la navette spatiale sort des cartons

Photo
WASHINGTON (AFP) - La NASA a franchi une étape vers le projet de nouveau lanceur spatial en annonçant une première sélection d'une quinzaine de concepts technologiques dans le cadre d'un programme d'études destiné à trouver d'ici le début de la prochaine décennie un successeur à l'actuelle navette spatiale.

Les quinze concepts retenus parmi des centaines de projets préfigurent le futur mode de transport spatial qui devrait entrer en service à partir de 2012, une "architecture" qui comprend un véhicule spatial réutilisable de la deuxième génération et des infrastructures de lancement et de maintenance au sol.

"Nous ne concevons pas seulement un véhicule de lancement, mais le système tout entier", a expliqué mardi Dennis Smith, directeur de la NASA pour l'Initiative de lancement spatial (SLI).

Les projets retenus au cours de ce premier tour sont issus des cartons des constructeurs Boeing, Lockheed Martin, Orbital Sciences et Northrop Grumman, ces deux derniers étant associés au sein d'un projet commun.

Quelques-uns de ces concepts aux contours futuristes ont été présentés mardi lors d'une conférence de presse à Washington. Certains véhicules imaginés sont à décollage horizontal, d'autres à tir vertical, et comportent plusieurs étages, dont en général un véhicule pour l'équipage et un étage de fret réservé à l'emport de satellite ou de charge utile. Tous ces vaisseaux sont "réutilisables" et peuvent donc, comme la navette actuelle, revenir se poser sur Terre, certains même complètement automatiquement.

Une deuxième sélection aura lieu en novembre et devrait réduire à deux ou trois le nombre de projets. "Nous allons solliciter les meilleurs idées finales de la part de l'industrie, des chercheurs et de l'Etat", a ajouté Dennis Smith.

"Le transport spatial est un moyen vers une fin. Il nous faut pouvoir aller dans l'espace de manière plus efficace. Notre effort doit porter sur la sécurité et le coût", a-t-il précisé, lors d'une conférence de presse.

Afin de favoriser une future exploitation commerciale de l'espace, la NASA a imposé comme condition pour le développement de cette nouvelle navette spatiale un coût total d'exploitation (transport et infrastructures) n'excédant pas 1.000 dollars par livre (O,45 kg) de cargaison transportée dans l'espace, contre 10.000 dollars/livre aujourd'hui.

Les autres priorités fixées par l'agence spatiale incluent aussi un appareil qui soit léger, des moteurs très sûrs et à longue durée de vie et des systèmes d'évacuation d'urgence pour l'équipage, le but ultime étant la réduction du risque au lancement.

Les tirs commerciaux de fusées dans le monde connaissent aujourd'hui un taux d'échec variant de un à dix pour cent, selon la NASA.

Le système de propulsion reste la pièce-maîtresse du nouveau projet. "Nous avons passé beaucoup de temps à analyser les technologies de propulsion", a souligné Dennis Smith.

Les études menées jusqu'à présent concluent à la faisabilité d'une propulsion à deux étages: le premier étage consisterait en un réacteur au kérosène (comme dans les avions) et le second fonctionnerait à l'hydrogène (comme la navette actuelle).

La NASA va consacrer 4,8 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années à la mise au point de ce nouveau lanceur. La production devrait démarrer en 2006 pour une entrée en service prévue six ans plus tard.

La flotte des quatre navettes spatiales actuelles doit en principe pouvoir voler jusqu'à au moins 2012, et au-delà si nécessaire, au cas où son successeur ne serait pas encore prêt.

 


 A  SUIVRE